La fenêtre

 
assis devant
la fenêtre à la crémone
 
nos épaules
lourdes de nuages
 
nous regardons
passer nos rêves morts
imbibés de visages absents
 
Publicités

31 Réponses to “La fenêtre”

  1. Xaverius Says:

    Émotion au rendez-vous ! Bravo, si cela a un sens de le dire.

  2. corinne Says:

    « nos épaules
    lourdes de nuages »,
    c’est juste beau, de même que cette fenêtre ouverte au végétal . Un moment d’émotion que cette lecture passagère.
    Bien à toi.

    • Serge Says:

      Lecture…et écriture passagères pour moi ! Aux beaux jours j’ai toujours besoin de me ressourcer dans la nature. Merci Corinne !

  3. lutine Says:

    beau ce poids du ciel, il l’est d’autant quand la pluie perdure. A la fenêtre je pense à une chanson de Reggiani, passe les jours passe les semaines…… sous le pont Mirabeau coule la Seine

    • Xaverius Says:

      Texte d’autant plus beau qu’il est de Guillaume Apollinaire, mais évidemment, c’est Reggiani qui récolte les lauriers !!!!

      • lutine Says:

        mais non on n’oublie pas, il faut bien que des voix fassent vivre nos maîtres. J’en veux pour preuve Saez qui me fait trembler

  4. Serge Says:

    Perso, et ça n’a rien d’original, si je cherche (loin) dans mes souvenirs d’ado, je crois bien que c’est Ferré chantant Aragon ou Baudelaire qui m’a fait aimer pour toujours la poésie.

    • lutine Says:

      oui la musique et la voix la rendent vivante

      • xavier bordes Says:

        Donc c’est qu’elle était morte jusque là, c’est bien ce que j’avais compris. Le mots ne suffisent donc pas. Aujourd’hui j’ai appris quelque chose d’intéressant qui nous ramène d’ailleurs aux vieux aèdes et trouvères de jadis. Vive Ferré et Reggiani, sans qui notre poésie française serait morte. Baudelaire, Aragon, Apollinaire, pffft ! De la petite bière ! D’ailleurs : ils sont morts, personne n’a pu les enregistrer.
        Tout ça, pour tout dire, est assez écoeurant… Enfin, le monde où nous sommes est fait de coucous…

      • lutine Says:

        Pourquoi faire dire ce qui n’est pas dit. Ferré, Reggiani et d’autres sont les colporteurs de la poésie, comme certains la colporte sur des blogs maintenant (soyons modernes) afin de faire découvrir Beaudelaire, Aragon Apollinaire et autres. Tout le monde n’a pas eu la chance de baigner dans la poésie au sein de sa propre famille, et heureusement qu’il y a des gens comme cela pour ouvrir l’esprit. Grâce au net je découvre des poètes dont je ne connaissais même pas l’existence, alors si des chanteurs savent mettre en valeur la poésie, profitons en.

        Vous savez aussi comme moi qu’il est difficile de faire connaître la poésie, il suffit de voir dans les librairies les étagères qui lui sont réservées alors que les romans pullulent à côté. Vous savez aussi comme moi que pour faire connaître la poésie il faut se prendre par la main et la distribuer soi-même, sinon nous resterions sur nos acquis. Alors oui à la musique, oui aux chanteurs. Merci à eux. Quant aux coucous je ne relèverai pas.

  5. Serge Says:

    Dans ce cas les coucous pullulent parce que mettre de la musique sur des mots ça n’est pas plus que de monter une chorégraphie de danse moderne ou classique sur le boléro de Ravel. Peut-être même que Gardiner et Baremboim interprétant Bach ou Mozart…?
    Non musique et poésie c’est cul et chemise ! Les aèdes ; la poésie de Sapho (et celle d’Alcée ?) qui se déclamait aux mariages et autres cérémonies ; la poésie des tragiques où le chœur chantait et dansait sur scène (c’est Nietzsche qui le dit).
    Pourtant musique et poésie c’est bien votre rayon Xavier !

    • Lasource Says:

      J’entends simplement faire remarquer que les chefs qui jouent Mozart ne sont pas applaudis parce qu’on croit que la musique est d’eux ! On sait très bien que ceux qui applaudissent une belle chorégraphie sur le Boléro de Ravel ou le Sacre du Printemps, ne font pas comme si le chorégraphe avait pondu la musique ! En revanche, en chansons, en films, notamment, JAMAIS ou presque, on ne cite le poète, le romancier, le musicien (ou en microscopiques caractère – faut chercher !), et la gloire (et les royalties souvent) ne vont pas à Apollinaire ou à Aragon, mais dans la « poche » des interprètes… Rien à voir avec Sappho ou Pindare qui composaient sur des hymnes et des rythmes à eux quoique d'(origine traditionnelle. Quand Ferré chante lui-même, parfait. S’il chante Apollinaire, c’est Apollinaire qu’il faut annoncer d’abord ! D’ailleurs un type comme Ferrat – honorée soit sa mémoire – en avait conscience car il introduisait, dans son texte même, « comme disait Aragon » par exemple. Il « rendait à César ce qui est à César ». Mais les autres rendent si peu, que les gens pensent quand Reggiani chante le « Pont MIrabeau » que c’est lui qui a fait la chanson. Personne ne les détrompe, ni en mentionnant le musicien, ni en mentionnant le parolier !!! Vous trouvez ça juste ?
      Vous ne pensez pas que c’est pondre son oeuf dans le nid des autres ?
      Enfin bon… Sans doute ne suis-je plus de ce siècle frelaté où tout est à l’envers… et pourri par le parti-pris des médias probablement…

  6. Serge Says:

    Hé Xavier, s’il n’y avait que les Ferré, Reggiani et autres chansonniers pour frelater le siècle…!

  7. lutine Says:

    Pas d’accord, il faut lire aussi le dos d’une pochette de CD, le petit livret qui se trouve à l’intérieur. On ne peut pas toujours accuser. Un exemple récent au théâtre de l’Odéon, Arthur H, « l’or noir », j’ai entendu Aimé Césaire, Edouard Glissant, René Dépestre et d’autres. Sans la bouche de Arthur H certains m’étaient inconnus et ils ne le sont plus depuis. Et puis après il y a ceux qui se voient dans les vers des autres, ça c’est une autre histoire. Les colporteurs de poésie au travers de la musique ou de la voix sont là pour nour montrer une route, mais c’est à nous d’en pousser les différents virages.

    • Jean Says:

      Ah bon… Virons alors… Mais au rouge : je préfère Jacques à son fils ! Quant à ces poètes, pour ma part ça fait belle roulette que je les connais, comme tous ceux qui suivent la poésie de près sur les trois… j’en ai même rencontré au moins deux ! Conclusion : pourquoi ne pas fréquenter la Maison de la Poésie quand les poètes y viennent ? Enfin, je ne jette pas la pierre à celui qui fait de l’or avec le noir… Ni à notre charmante lutine liseuse de livrets de CD. Mais je préfèrerais qu’elle lutine les livres de ces poètes plutôt qu’un « digest ».
      « Mon verre n’est pas grand mais je bois dans mon verre » a dit un auteur fameux…
      Bon, je me tais. Je vais encore me faire agonir. Sniff !

      • lutine Says:

        Je ne parlais pas de la qualité de Arthur H mais de la poésie au travers de sa bouche. Oui en effet il serait désolant de salir les lieux. Désolée Serge.

      • Serge Says:

        On est d’accord, Jean-Xavier La Source, pour fréquenter les poètes au plus près (même si parfois certains ne se laissent pas approcher) ! N’empêche que j’insiste en prenant mon cas personnel de gamin d’ouvriers d’un petit village de Normandie sans aucune bibliothèque où lire était était plutôt mal vu (activité de feignants). Eh bien entendre Baudelaire, Rimbaud ou Aragon sur de vieux vinyles asthmatiques fut une révélation poétique et qui dure toujours.

  8. Hélène Says:

    il y a aussi d’excellents paroliers qu’on peut considérer comme poètes je pense à Barbara aussi Ferré ou Brel et d’autres et que tout cela soit connu par tous les milieux est excellent pour chacun et pour la poésie aussi . Faut il admirer les noms ou les oeuvres?
    le plaisir de vivre pour moi: d’entendre , de lire et même de temps en temps d’écrire est déjà extraodinaire merci au monde et aux auteurs et auss interprètes surout si on pense aux grands chefs d’orchestre et même aux misiciens . Elle est belle cette collaboration consciente ou non est ce votre avis ??

    • Jeannot Says:

      Voilà qui est mystérieux et insoluble. Mais puisque les noms n’importent pas, je sens que je vais reprendre à mon nom les poèmes de Baudelaire. Et ceux de quelques autres. Ceux qui me plaisent. Après tout en effet, qu’est-ce que ça peut faire, le nom de l’auteur ? Je suis d’accord. Le tout est que ce soit diffusé, quelle importance si le geai se pare des plumes du paon ? D’ailleurs les paons, c’est pas « geai » ! Et moi je serais plutôt à geai !
      Vive la collaboration, oublions les noms…
      J’approuve. Tout est à tous et réciproquement. J’me sens déjà mieux d’avoir écrit les poèmes d’Apollinaire Reggiani Tantou. Le pied.

      • Serge Says:

        D’ailleurs  »Jeannot » la multiplication des pseudos sur le net va dans le sens de la posture radicale d’Hélène avec laquelle moi non plus je ne suis pas d’accord. N’empêche, je suppose que Ferré ou Reggiani ont toujours eu la dignité de s’effacer devant Baudelaire et Apollinaire :

  9. Hélène Says:

    sur les pochettes de disques il me semble que les noms des auteurs sont précisés!!
    et ma foi je ne comprends pas pourquoi vous n’aimez pas que les chanteurs , s’ils sont de qualité, ne convertissent pas ou n’initient pas tout simplement des auditeurs à la belle poésie!! Je suppose que certains sont curieux et se renseignent? D’ailleurs pour ce qui est des paroliers surtout s’ils ne sont pas des poètes reconnus on connait rarement le nom . et c’est parfois dommage il en est d’excellents.

    préconisez vous alors d’interdire qu’on mette des poèmes en musique? je trouve que vous êtesun peu du parti  » nombriliste non ??  » On dira comme je me contente de publier sur un blog je n’ai aucune prétention malgré que parfois on me deman de des textes ou que j’aie eu droit à des compliments .sans même chercher ;-))) la poésie pour moi c’est une amie, un plaisir
    et je n’aime pas vendre quoi que ce soit
    Mais sans rancune!!! chacun est diférent et c’est tant mieux ça évite la monotonie des jours
    je serai une grande oubliée et ne passerai pas à la postérité voilà tout … mais je profite bien du présent et j’aime qu’on m’aime maintenant

    • Serge Says:

      Oui je suis d’accord avec toi Hélène, on pinaille et Xavier t’attribue une posture jusqu’au boutiste que tu n’as certainement pas. Bref il est grand temps de clore ce fil trop long de commentaires !

  10. Hélène Says:

    tu as raison Serge. mais je n’ai pas vu le commentaire de Xavier où il me cite… si tu l’avais supprimé tu as eu raison .
    je vois qu’il suggère ne pas être de ce siècle et je ris il est plus jeune que moi mais je resterai une éternelle gamine aux cheveux blancs j’en ai envie la vie est trop courte pour laisser vieillir son âme amitiés à tous .. tu peux effacer après lecture sans problème

  11. Baudelaire Says:

    Non mais ! On ne va pas effacer une poétesse avisée à cheveux blancs ! Non alors ! La vie est trop courte pour ne pas cultiver ses illusions comme un bonzaï ! Mais il faut clore alors chlorons ! Applaudissons une dernière fois la superbe poésie de Reggiani. Il fait entrer Apollinaire dans la troisième dimension; Youpiiiii !

  12. Hélène aux cheveux : blancs mais chut Says:

    tiens je dois justement aider mon petit fils dans sa préparation des fleurs du mal pour le bac… Merci Baudelaire ;-)))

  13. Marc Bonetto Says:

    Bonjour,

    Comme convenu, j’ai glané des textes sur votre site. Avant qu’ils ne partent vers « Comme en poésie », j’aimerais que vous les relisiez. Pouvez-vous me faire parvenir votre adresse électronique à marcbonettoATwanadoo.fr ?
    Cordialement,
    Marc Bonetto.

  14. machinn Says:

    Reblogged this on .

  15. carol shapiro Says:

    – un e beau texte qui incise le temps

    mais aussi
    les nuages avancent
    transforment la vapeur
    en signe d’eau
    déferlante
    redisant les regards dans l’étendue vivante

  16. carol shapiro Says:

    * un très beau texte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :